Fédération pour la défense et la protection des Lévriers

Tout est bon pour exploiter les Lévriers !

Photo issue de l'article de presse via ERALDO.ES

Caché derrière son Association, le président de l’association Galguera Monegros Apuesta, fait la promotion de la course et de la compétition avec des Lévriers où chacun se rassemble, les week-ends, sur des terres lui appartenant.

Vous trouverez, ci-dessous, l’article complet "traduit en Français" paru dans la presse :

« Il n'y a plus de chien espagnol. Le lévrier, qui est cité dans les premières lignes de Don Quichotte ("il n'y a pas longtemps, vivait un hidalgo de la lance dans un chantier naval, un ancien bouclier, un cheval maigre et un couloir de galgo ...") ainsi que dans les chroniques de l'hispanie romaine, est revendiqué comme appartenant à la communauté autonome. Avec seulement deux mois de vie et un siège à Robres, l’Association Galguera Monegros a organisé une course de lévriers qui aura lieu dimanche 2 septembre prochain à Senés de Alcubierre. Plus qu'une simple compétition, il s'agit de mettre en valeur l'apparence de cet animal et d'une forme de chasse critiquée dans plusieurs domaines.

Photo "Club-caza.com"

De nombreuses associations de défense animale dénoncent les mauvais traitements subis par ces animaux en fin de saison, entre octobre et février, et avancent le fait que 50 000 spécimens sont abattus ou abandonnés chaque année en Espagne. Au contraire, c'est un chien très populaire dans des pays comme la France, la Belgique et les Pays-Bas et considéré comme animal de compagnie. La course de lévriers moderne est née, comme presque tous les sports de champ, en Grande-Bretagne. Cependant, ils sont interdits dans des pays tels que l'Argentine, avec des peines allant jusqu'à quatre ans de prison.

L'Association Galguera Monegros, pour sa part, entend "défendre le lévrier". Son président, José María Serrano, déplorant que "chaque jour, il y ait moins de lévriers en Aragon. Avant il y en avait un dans chaque maison. Sans les galgueros, les lévriers pourraient disparaître en Espagne. " Préoccupés par l'avenir de cette race canine, un groupe de propriétaires de Robres, a été créé légalement et forme ses animaux en dehors de la chasse. Ainsi, ils ont assisté aux foires de Calamocha et de La Puebla de Albortón.

Serrano pense que le déclin du lévrier peut s’expliquer par le fait que «les gens chassent différemment et qu’il faut des heures pour les entrainer. Ils ne peuvent pas non plus être lâchés, il y a peu de chasse et ce n'est pas comme avant, lorsque vous alliez à la montagne et que vous preniez quatre ou cinq lièvres. Les personnes âgées sont galgeros, les jeunes, moins." Le président prêche par l'exemple. Il dispose de onze lévriers et encourage ceux qui les ont chez eux à "les entraîner et à se rendre aux compétitions".

"Nous, les galgueros, sommes très mal vus", a-t-il déclaré. "Comme beaucoup ont été abandonnés, les gens croient que nous les avons tous abandonnés." La journée de dimanche sera une fête pour eux. Pour le moment, il y a 20 inscrits pour les trois provinces d'Aragon. Avec la technique du lièvre mécanique avec des feintes, les participants parcourront un chemin de 800 mètres sur un terrain appartenant à Serrano. Les deux meilleurs de chaque course seront qualifiés pour la finale et le nombre de courses dépendra du nombre final de chiens. Il y aura un jambon pour le gagnant et des saucisses pour le deuxième et le troisième, et la journée se terminera par un repas populaire.

L'association possède un circuit à Robres, où presque tout le monde se retrouve, et un espace pour faire courir les chiens, mais sans autorisation de compétition. Ils ont alors décidé de s'unir en tant qu’association "pour avoir plus de force". Dans leurs statuts, ils défendent "la promotion de toutes les activités de défense des lévriers, de leurs soins et de leur bien-être", avec "le respect de la nature et des lois régissant l'activité de chasse".

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter !


Je soutiens votre cause