Le CREL à Albacète: Jours 1 et 2

Le CREL à Albacète: Jours 1 et 2

6 mn

Après le ryhme effréné de ces deux dernières journées, nous prenons le temps de vous faire un petit résumé de nos actions, la cadence est soutenue mais c'est le planning que nous nous étions imposé, fatigués mais heureux de maintenir le cap ....

Dès la fin de la manifestation, le CREL embrayait sur un déplacement en Espagne, c’est vers la région de Castilla de la Mancha que l’avion à 6H00, après seulement quelques heures de sommeil, transportait les 2 fondateurs du CREL.
Arrivés à Alicante exténués, quasi 200 km nous séparaient encore de notre point de chute à l’Arca de Noé d’Albacète où nous étions très attendus et nous avons été accueillis à bras ouverts.
Les embrassades et retrouvailles passées, notre planning de travail chargé commençait par la participation aux portes ouvertes du refuge jusqu’en milieu d’après-midi où nous avons pu visiter les différentes parties du refuge et comprendre le fonctionnement tout en distribuant, ici ou là, un geste affectueux aux animaux en box.
En début de soirée, nous avons pu autour d’une collation informer les bénévoles de nos rendez-vous prévus tout au long de la semaine. Le lundi matin, nous avions rendez-vous avec la vétérinaire de proximité où nous avons pu assister à la castration d’un chien adopté bébé il y a quelques mois au refuge. Le tour de la structure a été réalisé avec l’installateur des caméras de vidéo-surveillance que le CREL a pu financer grâce à vos dons, les points stratégiques que nous avions prédéfinis en amont, ont pu être validés ou non par le professionnel et les bénévoles de l’Arca.
A 12h30, la perrera de la Roda a acceptée de nous recevoir pour nous faire découvrir la triste réalité sur place, c’est là que nous assistés impuissants à un abandon qui s’est déroulé en 3 minutes, le « maître » souriant nous autorise à le filmer et fait lui-même une dernière photo de son animal enfermé dans le box et a tourné les talons. Nous avons pu mesurer la souffrance insoutenable tant des animaux enfermés que de l’employé communal contraint d’accomplir ce paradoxal et lamentable « travail » qui consiste tant à s’occuper des chiens et de leur euthanasie au crématorium jouxtant les boxs.
Retour au refuge pour une petite séance câlins des pensionnaires jusqu’au moment où un jeune homme est venu larguer un chiot de 3 mois ne voulant plus de ce dernier. Martine a instinctivement pris ce chiot tremblant, l’a rassuré et nourri avant de l’accompagner dans un box où une maman de substitution « faisant la moitié de sa taille » l’a bien accueilli.
A 18H00, comme annoncé sur notre page Facebook, présentation du refuge en direct par Martine et Jérôme où nous avons pu vous présenter toute la structure et vous laisser la possibilité de nous poser des questions au fur et à mesure ; nous avons pu voir ou revoir ensemble les 3 maisonnettes ainsi que l’alimentation envoyée récemment et que le CREL n’a pu financer, encore une fois, que grâce à vos dons.
Lien de la visite du refuge, CLIQUEZ CI-DESSOUS : https://www.facebook.com/story.php?story_fbid=22396413993961[...]

Article précédent :
Manif 2018: Le bilan

Article suivant :
Le CREL à Albacète : JOUR 3

En images

Je soutiens votre cause