LA PIROPLASMOSE CANINE (ou babésiose)

LA PIROPLASMOSE CANINE (ou babésiose)

14 mn

Information sur la piroplasmose ou babesiose. La piroplasmose est une parasitose grave, mortelle transmise par la tique

De piroplasme et du suffixe ose « maladie ».

Mécanisme de la piroplasmose ? La piroplasmose est une parasitose grave, mortelle si elle n'est pas traitée à temps, due à la prolifération d'un parasite, de taille microscopique, appelé piroplasme (ou Babesia Canis), dans les globules rouges du sang. C'est la tique - voir plus loin - qui transmet cette maladie au chien, via sa salive anticoagulante, qui abrite les parasites de la piroplasmose, injectée au moment d'aspirer le sang de l'animal. Dans un premier temps, le piroplasme (parasite) infecte les globules rouges du chien et s'y multiplie. Puis, dans un second temps, cette multiplication des parasites va provoquer l'éclatement du globule rouge, libérant ainsi de nouveaux piroplasmes dans le sang. Ceux-ci vont dans un dernier temps ré-infester de nouveaux globules rouges, reproduire le nouveau cycle de multiplication et ainsi de suite. La piroplasmose peut laisser des séquelles graves au niveau du foie et des reins du chien, lorsque ceux-ci ont été intoxiqués par les déchets des globules rouges, pouvant nécessiter un traitement à vie. Cette maladie, souvent méconnue, touche chaque année 400 000 chiens. La piroplasmose touche de très nombreux pays en Europe (Allemagne, Angleterre, Belgique, Danemark, Hollande, Suisse ...) ainsi qu'en Asie et Amérique (notamment le Sud des États-Unis et le Brésil). En France ce sont surtout les régions du Sud-ouest, du Centre, de l'Est qui semblent les plus touchées par cette maladie, le Sud-est étant pratiquement indemne.

Un chien atteint de piroplasmose n'est contagieux, ni pour les autres chiens, ni pour d'autres animaux, ni pour l'homme. La tique (vecteur indispensable à la transmission de la maladie) :

On trouve essentiellement la tique dans les forêts, les endroits boisées et humides où la température est comprise entre 7°C et 25°C, les endroits broussailleux, les grandes herbes, les buissons... Pour assurer son développement et sa reproduction, la tique se nourrit exclusivement de sang, qu'elle prélève chez les animaux et notamment chez le chien. La tique est un acarien (4 paires de pattes). La tique n'a pas d'yeux : elle repère son hôte grâce aux récepteurs sensoriels qu'elle possède sur ses pattes antérieures. Ce que l'on appelle « la tête », est en fait le rostre (pièces buccales qui forment un organe d'ancrage). Le rostre forme un tube dont la partie supérieure est constituée d'une paire de couteaux (les chélicères) qui dilacèrent la peau - à l'origine de la morsure - et d'une partie inférieure (l'hypostome) hérissée de petites dents qui permettent à la tique de se fixer solidement dans la peau - engendrant la piqûre.

Mode d'attaque de la tique : Après s'être accrochée au pelage du chien, la tique migre vers des endroits, riches en vaisseaux sanguins, où la peau est la plus fine : dessus de la tête, intérieur des cuisses, ventre... Grâce à son rostre très puissant qu'elle enfonce à travers la peau de l'animal, la tique va se gorger de sang et en quelques heures tripler ou quadrupler de volume. Après 3 ou 4 jours, elle se détache et tombe au sol afin de continuer son cycle de développement. L'infection d'une tique par Babesia Canis peut se faire soit par ingestion du sang d'un chien déjà contaminé, soit par transmission à sa descendance* pendant plusieurs générations. * (La ponte d'une tique peut compter 500 à 5000 oeufs). Les signes chez le chien qui doivent alerter : La Piroplasmose est une maladie à incubation brève (généralement de 2 à 7 jours, mais elle peut aller jusqu'à 2 mois). La piroplasmose semble être plus fréquente chez les jeunes chiens et toutes les races y sont sensibles. Les symptômes de début passent rarement inaperçus du fait de leur rapidité d'installation et des répercussions cliniques majeures :

  • Votre chien est apathique, il refuse de se lever, de jouer et de manger.
  • La prise de température vous indique une forte fièvre (souvent 41°C).
  • Si le stade est déjà avancé vous observerez des mictions (urines) très foncées : orangées, marron foncé (ceci étant un signe de gravité).
  • Une pâleur inhabituelle des muqueuses.

Il y a urgence, il faut conduire votre chien très rapidement chez un vétérinaire. En un ou deux jours ces symptômes peuvent s'aggraver avec une atteinte hépatique et rénale, et une intense anémie. Si le traitement n'est pas entrepris dès l'apparition des premiers signes la maladie peut être très rapidement mortelle pour le chien. En dehors de ces signes classiques, il peut exister des formes de début trompeuses : entérite et diarrhée, troubles locomoteurs, respiratoires, convulsions ... Là aussi consulter votre vétérinaire dès l'apparition des premiers signes. Traitement : Seul un vétérinaire peut faire un diagnostic de certitude : il prélève une goutte de sang et détecte la présence de parasite dans les globules rouges. Le traitement est très efficace à condition d'être mis en place suffisamment rapidement. Selon le stade d'évolution de l'affection, le vétérinaire agira par injections ou perfusions, voire par transfusions pour pallier à la destruction des globules rouges. Même si le traitement se montre efficace, à condition toutefois de le démarrer rapidement, les complications sont souvent néfastes à l'animal. Il est donc impératif de déceler rapidement l'apparition des symptômes décrits ci-dessus.

Prévention :

  • Un vaccin contre la piroplasmose existe. Toutefois, il reste onéreux et n'est pas efficace à 100 % - pour ces raisons, certains vétérinaires le déconseillent -.
  • Il existe des antiparasitaires à usage externe, vendus en pharmacie ou chez votre vétérinaire.

Ils doivent être systématiquement et régulièrement appliqués pendant les périodes à risque: c'est-à-dire au printemps de mars à juin, et à l'automne, de septembre à décembre. Et cela même sur les animaux vaccinés.

  • Des médailles répulsives - en vente sur notre site - entièrement dépourvues de produits chimiques sont à accrocher, jour et nuit, au collier de votre chien et le protègent, par action bio-énergétique, pendant une durée de 2 ans

Dans tous les cas : Inspectez soigneusement votre chien au retour de chaque promenade en le brossant méthodiquement pour enlever les tiques non fixées et enlever celles qui le sont déjà, le plus rapidement possible après la piqûre. Pour ce faire, utilisez un crochet à tique : placez le crochet entre la peau du chien et les pièces buccales de la tique - cf photo ci-dessous -, tournez dans le sens inverse des aiguilles d'une montre (sans tirer) jusqu'à ce que la tique lâche prise. Se débarrasser de la tique, soit en la brûlant, soit en la jetant dans les toilettes (ne pas l'écraser : le sang et la salive peuvent être contaminés, évitez de les répandre). Bannissez l'alcool ou l'éther, l'éther peut provoquer une régurgitation de la tique qui pourrait alors contaminer le chien.

En conclusion : Nous ne pouvons que vous conseiller d'être extrêmement vigilants (prévention et surveillance) envers votre chien. Et de contacter, le plus rapidement possible votre vétérinaire en cas de signes cliniques pouvant faire penser à une piroplasmose.

Réalisé et rédigé par Martine

Article précédent :
Hygiène Bucco-Dentaire du chien

Article suivant :
Une journée qui a du chien

En images

Je soutiens votre cause