Les lévriers espagnols tremblent en février et les refuges saturent !

Les lévriers espagnols tremblent en février et les refuges saturent !

11 mn

Février est un mois difficile pour les protecteurs des animaux et pour les refuges qui concentrent leurs efforts sur le service et la recherche d'un abri pour les centaines de milliers de chiens et de chats abandonnés en Espagne.

Chaque année, le 1er février sonne le glas pour les Lévriers en Espagne ...

La saison de chasse est terminée, et c'est dès maintenant que les chasseurs (Galgueros) se débarrassent de leurs chiens, en particulier des lévriers, Galgos et Podencos et des autres chiens, qui ont été utilisés comme des armes pour tuer les animaux. Les protecteurs se préparent à secourir des chiens abandonnés, jetés dans des puits, pendus, mutilés ...

©Fondation Benjamin Mehnert / Sevilla

Comme tous les ans, ils trouveront de nombreux cadavres, pour lesquels personne ne fera rien et dont les responsables ne seront jamais condamnés, car la plupart seront des animaux sans nom, sans trace, sans identification. Des dizaines de milliers de chiens seront récupérés et pris en charge par les défenseurs des animaux via les refuges et ensuite se mobiliseront de toutes leurs forces pour trouver une famille.

Combien de lévriers et autres chiens de chasse sont abandonnés en Espagne?

Certains chiffres estimés parlent de 50 000 à 80 000 lévriers abandonnés par an, mais ce n'est qu'un calcul approximatif qui ne suffirait pas si l'on prend en compte les témoignages de protecteurs et de volontaires dans les refuges.

©Fédération CREL / ©FBM

Les chasseurs et les galgueros nient ces chiffres sur la base des données fournies par SEPRONA chaque année (qui ne tient compte que des cas qui arrivent directement dans cette unité et non des cas externes). La réalité est que la plupart des lévriers abandonnés n'existent pas officiellement et ne seront jamais comptés.

A Cordoue, une grande partie des galgueros n'enregistrent pas ou n'identifient pas les chiens avec une puce électronique, ce qui rend impossible de les quantifier et, par extension, combien ils sont abandonnés ou disparaissent par an.

Patricia Almansa, Présidente de Galgos Del Sur

Sur les 236 lévriers qui étaient entrés dans le refuge de Galgos del Sur en novembre 2018, seulement 24% avaient des micropuces. Si l'on tient compte du fait que les galgueros profitent de chaque chaleur des femelles pour la reproduction, et que chacune peut avoir des portées de 10 à 12 chiots, le nombre de lévriers qui naissent en Espagne chaque année, se multiplie.

De chaque portée, les galgueros réservent des lévriers pour l'élevage et la reproduction, et d'autres pour la chasse. Ceux qui ne servent pas sont jetés à la rue, ni plus ni moins. Par conséquent, beaucoup d'entre eux, y compris les chiots, ne sont pas sur les registres des protecteurs ou de tout organisme, car ils n'ont jamais officiellement existé.

Par conséquent, si nous prenons ces chiffres comme référence et tenons compte des connaissances des bénévoles qui travaillent quotidiennement avec ce problème, il est impossible de savoir combien de lévriers et autres chiens de chasse peuvent être abandonnés chaque année en Espagne, mais très probablement le chiffre atteindrait des centaines de milliers.

L'Espagne est le seul pays de l'Union européenne où la chasse avec les lévriers est autorisée.

Aussi terrible que cela puisse être, l'abandon est la moindre des conditions auxquelles sont soumis les lévriers, et il ne semble pas que la micropuce soit la solution à ce fléau, car de nombreux galgueros l'extraient du corps de l'animal avant de l'abandonner.

Cependant, le contrôle et l'identification de ces chiens restent le principal problème, car, comme le souligne Almansa, le manque de contrôle et d'enregistrement exempte ceux qui abandonnent, maltraitent et éliminent les animaux.

Il est impossible de mesurer l'ampleur du problème. Selon le rapport de la Fondation Affinity, la fin de la saison de chasse est la deuxième cause d'abandon, derrière seulement les portées indésirables.
Cependant, dans le même rapport, ils soulignent que les informations disponibles sur les raisons de l'abandon sont fournies, dans la plupart des cas, par des personnes qui emmènent personnellement leurs animaux au refuge ou par le protecteur lui-même, et que la plupart des animaux qui arrivent dans ce type d'installation ont été trouvés dans la rue ou emmenés dans des abris par des étrangers.

Dans le cas des lévriers, beaucoup sont cédés par les galgueros eux-mêmes mais, là encore, sans micropuce ni aucun type d'identification.

La seule façon de limiter ce problème:

L'élevage doit être limité et qu'il existe un enregistrement fiable et obligatoire du nombre de lévriers.

La solution définitive, la seule efficace, est l'interdiction de la chasse; c'est le seul moyen de mettre fin à ce massacre qui a lieu chaque année, au mois de février.

PACMA est le seul parti politique qui exige l'interdiction de la chasse par la loi, et qui exige que le reste des partis politiques se rangent du côté de la majorité de la société, qui exige la fin de ce fléau, qui défend les animaux et qui s'oppose à la chasse.

Les chasseurs ont enlevé nos montagnes, tué des millions d'animaux par balle et condamné des centaines de milliers de chiens à une vie de misère. Cependant, ils ont de leur côté tous les partis politiques, qui continuent de les protéger au sein des institutions.

L'interdiction de la chasse est le SEUL moyen de mettre fin à ce fléau !

Vous pouvez, vous aussi, agir depuis votre écran de smartphone, tablette ou ordinateur, signez la pétition créée par la Fédération CREL et qui exige une réelle législation punitive, des mesures strictes sur l'élevage et la détention et à plus long terme l'INTERDICTION DE LA CHASSE AVEC LE LÉVRIER EN ESPAGNE !

POUR SIGNER LA PÉTITION ICI

Je soutiens votre cause