Une fédération pour sauver les Lévriers

Inscrivez-vous à la Newsletter Média du CREL

Protection/ Maltraitance

Le Crel, association de protection des lévriers créée en 2009, vient de changer de statut pour devenir une fédération. Vingt associations françaises et espagnoles (et une slovène) l’ont déjà rejoint. L’objectif est désormais de travailler sur un plan politique et médiatique afin de combattre les tortures infligées aux lévriers en Europe.

En Espagne, le lévrier est élevé en masse par les galgueros pour la chasse. Selon Jérôme Guillot, co-fondateur du Crel, il y aurait au moins 190 000 galgueros fédérés, ce qui représente 500 000 lévriers officiellement utilisés chaque année. A la moindre faiblesse, l’animal est abandonné, mutilé ou tué dans des conditions atroces. Il existe deux sortes de lévrier utilisé en Espagne : le galgo et le podenco.

A l’origine, le CREL s’occupait d’aller secourir des lévriers en Espagne afin de les faire adopter en France, ou de les placer en famille d’accueil. Après s’être développée, l’association a voulu agir davantage sur le plan politique et médiatique. " En effet, il y a une trentaine d’associations en France, et près d’une centaine en Europe, qui font de l’adoption de lévriers. C’est de la concurrence indirecte et donc les alliances sont difficiles. Par ailleurs, le placement d'un lévrier est une solution formidable pour le chien, mais malheureusement ce n’est pas une solution ni sur le long terme, ni sur le fond de la problématique ", constate le co-fondateur du CREL.

" Les femelles passent leur vie dans des cages, où parfois elles ne peuvent même pas se lever, ce sont des machines à reproduire. Ensuite, le galguero sélectionne les chiots qu’il garde, et supprime les autres. Jusqu’à 18 mois, les chiens sont entraînés à la course de manière extrême, et ceux qui n’arrivent pas à suivre, ou qui tombent d’épuisement sont abandonnés ou massacrés. Enfin, la dernière sélection s’effectue en duel, où deux lévriers sont lâchés derrière un lièvre sauvage. Celui qui ne l’attrape pas a déshonoré son maître et doit laver son honneur par son sang. Ils sont soit abandonnés avec leurs membres sectionnés, soit pendus avec les pattes touchant encore le sol afin que leur agonie dure plusieurs jours (supplice du pianiste). Le lévrier ne chasse que pendant 3 à 4 ans et les meilleurs mâles deviennent des reproducteurs… ". Un bon lévrier peut valoir jusqu’à 15 000 euros.

Un voyage en Espagne décisif

En juin 2018, le CREL s’est rendu en Espagne pour défendre la cause des lévriers auprès des politiques. " Nous leur avons demandé s’ils trouvaient ça normal ce qui se passait " après la chasse " pour ces animaux. Nous nous sommes rendu compte qu’ils ne savaient pas ce que ces chiens devenaient. Ils se voilent la face ". Jérôme Guillot explique que les galgueros sont leurs électeurs et que les politiques ne veulent pas les perdre : " ils ne se mouillent pas ".

Suite à ce voyage, l’association s’est rendu compte que le travail d’adoption ne servait pas assez la cause, et qu’il y avait tout un côté qu’aucune association ne travaillait. C’est pourquoi le CREL a contacté les associations françaises, belges et suisses pour leur faire part de son souhait de faire évoluer l’association en une fédération. " Nous voulions montrer que, comme les galgueros, nous pouvons aussi nous regrouper et dire ce qu’on pense ! ", s’exclame Jérôme Guillot. Et c’est chose faite.

Je soutiens votre cause